Actualités

"Should I stay or should I go " ? It's done ! Happy new year !

Par GERALDINE MARCHAIS, publié le lundi 4 janvier 2021 08:37 - Mis à jour le lundi 4 janvier 2021 09:00
Ep_2SjuXAAAn8Dc.jpg
Une histoire mouvementée entre le Royaume Uni et Le marché commun puis l'Union Européenne avec un clin d'oeil à l'humour à travers les dessins de presse !

1973-2020, la période pendant laquelle le Royaume-Uni a fait partie de cet ensemble de pays dans un objectif de construction durable pour préserver la paix, permettre le développement économique et le progrès social.

Après la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill évoque la nécessité de créer des "Etats-Unis d'Europe" pour reconstruire et pacifier ce continent meurtri. Pourtant, il n'envisage pas que son pays y participe : "Chaque fois que nous devrons choisir entre l'Europe et le grand large, nous choisirons le grand large". Rien ne doit porter atteinte à la souveraineté du pays.

De fait, quand en 1957, la Communauté Economique Européenne est créée, les Britanniques n'en font pas partie : ils ne croient pas en son développement et souhaitent protéger le fonctionnement du Commonwealth.

Confronté à des difficultés économiques  et internationales avec la décolonisation, le pays dépose quatre ans plus tard une demande d'adhésion au Marché commun. Mais sa candidature est rejetée par deux fois par le Général de Gaulle qui considère le pays trop proche de Etats-Unis et comme une menace face à ce qui a été mis en place dont la politique agricole commune. Les Britanniques demandaient alors des aménagements qui lui sont refusés.

C'est en 1973 que le Royaume Uni entre dans la CEE, favorisé par Georges Pompidou qui croit  que cette association permettra de rivaliser avec les Etats-Unis et l'Union soviétique.

Dès 1975, La population vote pour le maintien du pays dans la CEE mais obtient des concessions. En effet, si l'adhésion à la CEE représente un avantage dans le domaine industriel , ce n'est pas le cas de l'agriculture : bien qu'il contribue  beaucoup au budget communautaire, le pays reçoit moins d'aide  en retour et  bénéficie peu  des financements de la politique agricole commune; sa population agricole est moins nombreuse qu'ailleurs et son marché est mieux organisé. 

Après son arrivée au pouvoir en 1979, Margareth Thatcher se bat pour que la CEE reconnaisse cette injustice et rééquilibre les prélèvements financiers de fonctionnement, ce qu'elle obtient.  6 ans passent quand elle refuse de participer aux accords de Schengen prévoyant la suppression des frontières et la libre circulation des personnes.

Elle refuse également le principe d'une monnaie unique mais son successeur, John Major,ratifie le traité de Maastricht en 1993 donnant naissance à l'Union Européenne.

Les oppositions se développent alors de plus en plus avec la formation d'un parti  europhobe : "UKIP". La lutte contre une Europe fédéraliste s'engage avec le refus de Présidents de la commission européenne trop interventionnistes.

Devant les oppositions croissantes, David Cameron, Premier ministre depuis 2010 s'engage à réaliser un référendum s'il est réélu en 2015.

La question est « le Royaume-Uni doit-il rester un membre de l’Union européenne ou quitter l’Union européenne ? ».

51,89 % des votants répondent « quitter l’Union européenne ».

Les négociations sur les modalités de sortie commencent. Le Brexit est officiellement déclenché en mars 2019. Londres et Bruxelles s'accordent dans un premier temps aussi sur trois grands principes qui guideront leurs négociations : le non-rétablissement d'une frontière dure entre les deux Irlande, le paiement par Londres de tous ses engagements pris au titre du budget de l'UE 2014-2020, et la préservation, après le Brexit, des droits des citoyens britanniques résidant déjà dans les autres Etats membres, et inversement.

mais cela ne dure pas... Theresa May démissionne, remplacée par Boris Johnson au poste de Premier ministre.

Le 9 janvier 2020, le parlement britannique adopte le « Brexit Act » qui acte l’accord de divorce négocié avec Bruxelles. L’accord est ratifié par le parlement européen le 29 janvier suivant.

Le31 décembre 2020, Big Ben a sonné. Le Royaume Uni quitte enfin l'UE après des négociations interminables. 

 

Celle-ci ne compte désormais plus que 27 membres. Le "No deal" est évité.

  • Une solution est  trouvée pour l'Irlande  : Pas de frontière physique entre les deux. L'Irlande du Nord continuera d'appliquer une partie de la réglementation européenne mais les marchandises venant du reste du pays seront contrôlées.
  • Alors qu'est-ce qui change ?  : Le Royaume Uni retrouve sa souveraineté totale mais avec des accords. Une vidéo vous l'expliquera simplement :www.youtube.com/watch
  • Quant au domaine financier, rien n'a été réglé.

Seul l'avenir dira si ce choix est le bon pour le Royaume Uni comme pour l'Union Européenne... Ou si les deux sont perdants !

Mais au niveau national, les anciennes querelles entre nations risquent de resurgir www.youtube.com/watch